home > Les allergies respiratoires > Une maladie chronique

L’ALLERGIE RESPIRATOIRE :

UNE MALADIE CHRONIQUE…

QUI PEUT S’AGGRAVER

L’allergie respiratoire est une maladie de longue durée, qui peut  s’aggraver et se compliquer d’un asthme allergique si elle est mal prise en charge.

 

Pourquoi je souffre d’allergie respiratoire ?

L’allergie est héréditaire : une personne dont les parents sont allergiques aura tendance à hériter de ce terrain allergique (ou « terrain atopique »). L’environnement joue également un rôle, encore mal connu. La théorie hygiéniste1 stipule que l’excès d’hygiène dans la petite enfance favorise l’essor des maladies allergiques car le système immunitaire est transformé et se met à lutter contre des éléments apparemment inoffensifs, comme les pollens ou les acariens. Cette théorie est questionnée par d’autres chercheurs qui considèrent qu’un fort niveau d’exposition à des allergènes comme les acariens 23 et à la pollution4 pendant l’enfance pourrait favoriser l’allergie et l’asthme allergique.

 

Histoire naturelle de la maladie : la « marche allergique »

L’allergie se déclare habituellement pendant l’enfance et peut persister tout au long de la vie, avec des symptômes plus ou moins gênants. L’allergique commence par se sensibiliser aux aliments.
Ces allergies alimentaires, très fréquentes chez les nourrissons, vont ensuite avoir tendance à diminuer, voire disparaître. Elles vont laisser place à une sensibilisation aux allergènes inhalés provoquant des allergies respiratoires telles que la rhinite puis l’asthme.
Par la suite, la personne peut se sensibiliser à d’autres allergènes : il s’agit de poly sensibilisation.

 

Ça se complique !

En Europe, 1 personne sur 5 atteinte d’allergie respiratoire souffre d’une forme grave de la maladie, dite « modérée à sévère »5. L’allergie peut engendrer des complications au niveau de la sphère « ORL » (nez, gorge, oreilles) et des voies respiratoires basses (bronches) :

  • Inflammations et infections : otites, sinusites, angines, notamment chez l’enfant6.
  • Apnées du sommeil – et ses conséquences : troubles du sommeil, fatigue…7
  • Asthme dans 40% des cas. 80% des asthmes sont d’origine allergique8 !
iStock_000009402602Small
 

Une maladie trop souvent négligée

8 allergiques sur 10 apprennent à (mal) vivre avec leur allergie respiratoire9, et plus de 4 sur 10 ne sont même pas diagnostiqués10… En moyenne, ils s’adressent à un allergologue après 7 ans d’errance médicale !11


[1] David Strachan, Hay fever, hygiene, and household size, Brit Med J 299:1259-1260, 1989
[2] Huss K et al. House dust mite and cockroach exposure are strong risk factors for positive allergy skin test responses in the Childhood Asthma Management Program. J Allergy Clin Immunol. 2001 Jan;107(1):48-54.
[3] Lau S, Illi S, Sommerfeld C et al. Early exposure to house-dust mite and cat allergens and development of childhood asthma : a cohort study. Multicentre Allergy Study Group. Lancet 2000 ; 356 : 1392-7.
[4] Morgenstern V et al. Atopic diseases, allergic sensitization, and exposure to traffic related air pollution. Am J Respir Crit Care Med 2008; 177: 1331-7.
[5] White P. et al. Symptom control in patients with hay fever in UK general practice: how well are we doing and is there a need for allergen immunotherapy? Clinical and Experimental Allergy. 1998: 28: 266-270
[6]Sih T, Mion O. Allergic rhinitis in the child and associated comorbidities. Pediatr Allergy Immunol 2010: 21: 107–113.
[7]  Koinis-Mitchell D, Craig T, Esteban CA, Klein RB..Sleep and allergic disease: a summary of the literature and future directions for research. J Allergy Clin Immunol. 2012 Dec;130(6):1275-81
[8] Blaiss MS. Rhinitis-asthma connection: epidemiologic and pathophysiologic basis. Allergy Asthma Proc 2005; 26: 35–40
[9] Valovirta E. Patients Perceptions and Experience of House Dust Mite Allergy in European Survey. European Respiratory Disease. 2012
[10] Bauchau V, Durham SR. Prevalence and rate of diagnosis of allergic rhinitis in Europe. Eur Respir J. 2004 Nov;24(5):758-64.
[11] Leynadier F. Bases du traitement en allergie respiratoire. Revue française des laboratoires. 281 (1996) 41-45